Star Wars : le grand VIII

Star_Wars_Episode_VIII_The_Last_Jedi_Word_Logo.svg

On a beau tous se dire que l’épisode VII aurait pu être vachement mieux (et pas mal de personnes le détestent, d’ailleurs), il fallait lui reconnaître tout de même quelques qualités. Certes le scénario était à 90% du « j’m’en balec », certes les personnages étaient assez vides, certes il y avait une certaine personne qui connaissait un certain destin alors que c’était la dernière chose qu’on aurait voulu qui arrive… Mais on a oublié certaines de ses qualités. Les effets spéciaux étaient magnifiques du début à la fin, l’histoire faisait bien l’équilibre entre les anciens et les nouveaux personnages, et l’idée que Luke puisse avoir disparu était tout de même pour le moins originale. Ce qui a fait que lorsque je suis allé voir l’opus de cette année, je me suis dit : « Du moment que Z6PO ne meurt pas à la fin, ça va ». Et au final, j’ai été plutôt réjoui… malgré pas mal de défauts.

Du très mauvais…

3467003

Commençons par ce qui fâche. Tout d’abord quelques scènes assez regrettables du côté de Luke. J’avais été plutôt étonné en voyant dans les critiques de Blade Runner 2049 qu’Harrison Ford avait été selon Les Cahiers du Cinéma « sénilisé en vieux grincheux ». Je ne suis pas convaincu par cette vision des choses, mais le Luke qui nous y est présenté ressemble bien plus à cette conception. Ensuite, le scénario ne parvient pas à cacher un sacré défaut : du début à la fin, c’est de la bataille, de la bataille, de la bataille. Évidemment, c’est la guerre des étoiles, mais lorsque ça dure 2 h 30, les non-habitués aux films de super-héros ont plutôt tendance à ronger leur frein (surtout durant la dernière demi-heure). Et toute cette violence ! Il y en a toujours, mais là, on aurait tout de même pu éviter deux ou trois scènes brutales ou certains visages grimaçants.

Des coups de théâtre trop longs à énumérer ici (les héros s’en tirent toujours vivants, comme par hasard) viennent compléter le tableau. En plus de ça, deux-trois trucs venant du réalisateur m’ont fait tiquer, comme cette manie de faire des effets de flou derrière le premier plan. Dans le même registre, il y a une obsession pour la loi de proximité : c’est-à-dire que par exemple, quand deux personnages vont s’embrasser, il faut toujours qu’il y ait un coup de foudre. Ici, c’est pareil, sauf que c’est un tir de canon laser.

Les choix des scénaristes paraissent toujours aussi hasardeux et mauvais, même si on se rend compte que cela renforce en fait le personnage de Rylo Ken. Je ne vous cacherais pas une ou deux frustrations à cause de ça. Et puis enfin, ce film mérite quand même le prix des répliques à la noix (« Je suis pas fan de ces tas de ferraille », « J’aurais un message important à délivrer au sujet de Mme Hux mère »…), en particulier pour « On leur a fait du mal, et c’est ça qui compte » (dixit Finn). À ce rythme-là, l’ex-stormtrooper va se retrouver dans une équipe de football française…

… et du très bon

star_wars_8_questions_reponses

Mais tout ça ne veut pas dire qu’ils ont tout foutu en l’air non plus. Au contraire, la personnalité des personnages, même si elle est parfois prévisible, surtout chez Poe Dameron, s’affine. Finn tombe amoureux en plus qu’il avait déjà un faible pour Rey, et cette dernière est plus que jamais en quête de son identité, ce qui la conduira à être tentée. Imaginez ce qui se passerait si Luke manquait de basculer du côté obscur de la Force bien avant la bataille finale… D’ailleurs, pour ce qui est de son cas, il reste cloîtré sur son île, et s’est fortement assombri.

Car c’est l’assombrissement de l’univers qui donne du panache à cet épisode : l’affiche le montrait bien, plus grise, plus inquiétante que d’habitude. Les Jedi vont-ils vraiment disparaître ? Est-ce que le bien et le mal au final, ce n’est que du baratin ? Luke est même convaincu qu’il n’y a pas de lumière sans ténèbres. Mais bien plus encore, on s’enfonce dans les bas-fonds de la société, avec les profiteurs et les parias, et ceux qui frayent leur chemin entre… Enfin, Rylo Ken pourrait bien être de nouveau tenté par le bien… ou retomber définitivement dans le côté obscur.

Oui, le scénario ne m’a vraiment pas paru calqué sur les précédents (en-dehors de la première partie de la bataille finale qui ressemble furieusement à celle du VI, mais qui ne se termine pourtant pas du tout pareil). Et même si la tonalité dramatique est trop présente par moments (« Aaah ! Si je ne sale pas cette assiette dans cinq secondes, la galaxie est perdue ! » ; gros plan sur la salière, puis sur la main qui essaye désespérément de l’attraper, puis sur le personnage en état d’effort extrême ; petite musique de fond épique ; images au ralenti…), le réalisateur sait faire les scènes. Il y a la fin du film… dure à avaler pour les fans fidèles à Georges Lucas mais superbe, et puis la scène où Rey manque de basculer, incroyablement anxiogène et unique dans la série.

Également, (presque) tous les animaux sont – magnifiquement – réussis, et l’humour plus présent que jamais ; que ce soit certains extraterrestres caricaturant notre société ou le pauvre Chewbacca confronté aux sympathiques Porgs, on a de nouveau le côté de la série qui n’hésite pas à se tourner en dérision, comme entre autres le vaisseau spatial qui se révèle finalement… un fer à repasser filmé de près. Quand on y pense, voilà une autre particularité du film : tout n’est pas que légendes, il y a aussi derrière des motivations moins héroïques, des vies impuissantes, des personnages qui tentent à échapper à leur destin sans y arriver…

 

Bref, même si cet épisode tient un peu trop de la centrifugeuse, on découvre toujours d’incroyables prouesses graphiques, du grand spectacle, des créatures atypiques pour ne pas dire sympathiques, des personnages un peu mieux que dans l’épisode précédent. Je ne pense pas que tout le monde soit de mon avis, mais je préfère me tourner du côté positif des choses. Moralité de tout ça ? Z6PO n’est pas mort à la fin. Je regarderais donc le IX.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s