On s’en fout on y va pas, on sera comme des chats…

Histoire de passer le temps en attendant la prochaine critique ou encore mon prochain chapitre de je ne sais quelle œuvre (je n’ai pas fait de page sur ce blog pour parler des Chroniques du Grand Bateau car pour moi c’est plus un brouillon bien sale qu’un vrai roman), autant tailler un peu la bavette… Je vous avais dit que je m’y connaissais en chat, je vais vous montrer quelques-unes de mes races préférées.

Unknown-1.jpeg

Le maine coon est, selon les légendes canadiennes l’hybridation d’un chat et d’un raton laveur. On le reconnaît à ses poils mi-longs et son petit air sauvage qui en fait parfois une créature sublime à mon humble avis. Il existe dans les couleurs suivantes : roux, noir, gris (gris normal ou argenté – robe silver -), et c’est l’un des chats les plus grands au monde.

images-3.jpeg

Au antipodes, vous avez le munchkin, adulé par toutes les blogueuses de la terre entière parce qu’il est considéré à 11 sur une échelle de 10 de « trop mimi ». Personnellement, ça me fait parfois de la peine de voir à quel point cette bestiole a de si petites pattes, mais ça contribue à son charme, car ça lui donne un peu des allures de chaton.

Unknown-2.jpeg

Pour ma part, je préfère les races qui ont un côté sauvage ; le bengal n’est pas pour me déplaire avec son petit air farouche.

Unknown-3.jpeg

Mais s’il en est à retenir, ce sont les chats des forêts ! Le chat des forêts norvégiennes, une des bêtes domestiques les plus nobles qui soient, possède un tempérament sauvage et un pelage mi-long somptueux ; le chat des forêts sibériennes, lui, est moins connu, mais a bien souvent une fourrure qui rappelle le soleil des plaines slaves…

Unknown-5.jpeg
Chat dit des forêts sibériennes ou « sibérien »
Unknown-4.jpeg
Chat dit des forêts norvégiennes, dit « norvégien » ou « Wegie ». (Qu’elle est mignonne, c’te mimine !)

Et pour finir, je vous propose de partir à la rencontre des chats non pas domestiques, mais sauvages pour de vrai : vous avez peut-être entendu parler du manul (Ocotolobus manul ou chat de Pallas) comme le chat le plus expressif qu’on connaisse, eh bien nous dit Wikipédia il ne s’agit pas réellement d’un chat tel que l’entendent les scientifiques mais ce vieux grincheux à poils longs habite en Asie et est (modérément) en voie de disparition.

Unknown-6.jpeg images-4.jpeg images-5.jpeg

Voici également ses lointains cousins du désert : les chats des sables (Felis margarita)…

Unknown-9.jpeg

Et enfin, quelques félins se rapprochant du chat : le caracal, le lynx et le serval.

Unknown-7.jpeg Unknown-10.jpeg Unknown-8.jpeg

Voilà. Ce n’est pas un article qui ait grand-chose à voir avec ma vocation, mais j’espère au moins qu’il a le mérite de vous avoir fait découvrir des choses sur vos animaux préférés !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s